Bonjour Jean-Marc, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Jean-Marc CHÉRY, j’ai 51 ans, je suis né à Metz et suis marié avec deux enfants. Je dirige GIS-MIC, une société de prestations de services, inspection et contrôle créée il y a 10 ans maintenant. Nous sommes par ailleurs partenaire du FC METZ depuis l’année en national, au travers d’abonnements, de places en loge, de l’utilisation d’écrans publicitaires ou encore d’actions de communication plus ciblées.

A ton avis quel est le rôle d’un ambassadeur actuellement et quel pourrait-il être dans le futur ?

Le rôle principal d’un ambassadeur actuellement et de faire profiter de son réseau le football club de METZ pour faire venir de nouveaux partenaires. Il participe à la vie du club grâce aux idées émises et à son implication dans des actions commerciales.

Pour le futur, il pourrait être utile que les ambassadeurs choisissent une ou deux actions à organiser par saison. Les thèmes retenus pourraient être en relation avec des œuvres sociales, l’invitation de jeunes, la mise en place de cagnottes au profit d’actions caritatives. Enfin il pourrait également y avoir davantage relations avec les groupes de supporters.

En résumé, les ambassadeurs pourraient être encore plus actifs et mériteraient d’être davantage connus.

Quel est ta fonction au sein des ambassadeurs ?

Je suis vice-président en charge des relations extérieures. À ce titre j’ai actuellement le projet d’inviter des jeunes des écoles d’ingénieurs. Ces derniers sont tous des potentiels dirigeants et donc de potentiels futurs partenaires du FC METZ.

Nous réfléchissons aussi à diverses actions afin que le stade soit plus animé. Un match de foot doit être une fête quel que soit le résultat.

Quelles actions concrètes as-tu mises en place et en envisages-tu d’autres pour le futur ?

Avec ma société nous avons lors de trois matchs dont Metz – PSG et Metz – Nancy, fourni 20 000 drapeaux grenat aux supporters. Cette action a permis d’animer le stade, de procurer de la joie aux plus jeunes, et de montrer que GIS-MIC est supporter messin. J’éprouve encore de la satisfaction aujourd’hui lorsque je vois un de ces drapeaux dans le bureau d’un de mes clients à Lyon ou encore en photos sur Facebook en train de faire le tour du monde avec des étudiants. Cette action a connu beaucoup de succès et j’envisage encore de la reconduire.

Pour le futur, nous envisageons l’envoi de 1000 petits ballons balancés dans les tribunes après le match, une partie de ces ballons étant envoyés par les joueurs.

Que penses-tu de l’équipe actuelle ?

Il me semble que cette équipe est plus technique que celle de l’année dernière. Elle est également plus complète et surtout plus solidaire. Nous savons tous que les équipes fonctionnent par cycle, et même si elle est actuellement un peu dans le creux, l’important est d’être premier à Noël. Enfin, nous avons la chance d’avoir un entraîneur particulièrement compétent.

Quelles sont tes souvenirs marquants du FC METZ ?

Mon souvenir le plus lointain remonte un match Metz – Nantes que j’étais allé voir avec l’entraîneur de mon club de Plesnois. J’ai ainsi pu admirer l’équipe où évoluait Nico Braun et Hugo Curioni. Curieusement, il me reste encore en mémoire l’odeur des frites que l’on mangeait dans le stade.

Un autre souvenir marquant est la finale de la coupe de France contre Monaco en 1984. Alors âgé de 17 ans, nous nous sommes rendus au Parc des Princes en bus avec des amis. Je possède encore chez moi le drapeau confectionné par ma maman pour cette occasion.

J’ai encore d’autres souvenirs de fabuleuses ambiances lors de matches contre Barcelone, Hadjuk Split ou encore Marseille.

Pour toi quel est le futur du club ?

À mon avis, et compte tenu des budgets des différents clubs, le football Club de Metz doit surtout compter sur la formation et sur le réseau qu’il a su tisser avec la Belgique (club de Seraing) ou l’Afrique (Génération grenat). Il serait d’ailleurs utile de pouvoir étendre ce réseau. Il est toujours possible de réaliser des bons coups en matière de transfert mais pour cela, il faut s’appeler sur la nomination d’un entraîneur reconnu. Nous l’avons vu cette année, un entraîneur charismatique entraîne dans son sillage de bons joueurs.

As-tu une devise personnelle ?

Oui, et elle est liée au FC METZ : « Dans mon sang, coulera toujours du Grenat. »

Merci Jean-Marc pour cette interview.